Combattre la fatigue et l’anxiété au travail

Sep 17, 2014 by

Combattre la fatigue et l’anxiété au travail

Il y a un terme, venu de l’anglais, définissant parfaitement l’état d’épuisement professionnel provoqué par la fatigue et l’anxiété au travail. C’est le burn-out.

Burn-out, kesako ?

Ce terme existe depuis 1969. On l’employait alors pour le personnel soignant qui était très impliqué émotionnellement. Mais depuis les années 1990, on sait que tout travailleur peut souffrir du burn-out. Il s’est fait hélas connaître du grand public par les vagues de suicides sur les lieux de travail. L’épuisement professionnel peut toucher chacun d’entre nous : une surcharge de travail, la pression de la hiérarchie, la monotonie des taches… Des signaux d’alarme physiques et psychiques vont alors se manifester.

Savoir reconnaitre ces signes d’alarme

Dans les signes qui doivent vous alerter, on retrouve souvent l’insomnie, qui va aggraver la fatigue, des troubles de l’humeur, des maux de dos mais aussi de l’eczéma, etc. Votre médecin de famille ou du travail est le plus à même de détecter le burn-out. Vos proches aussi constatent que vous n’allez pas bien. Mais il est difficile de se remettre en question, surtout lorsque l’on est comme aspiré dans une spirale infernale.

Que faire pour éviter le burn-out ?

Dernièrement, nous donnions quelques conseils pour ne pas déprimer à la rentrée. Peut-être pouvez-vous vous en inspirer, surtout dans le paragraphe « savoir vous ménager ». Alors bien sûr, savoir se ménager quand on est submergé par des dossiers, rappelé à l’ordre car vous n’avez pas tenu les délais, cela vous paraîtra probablement illusoire ! Cependant, il est anormal de travailler sans cesse ! Plus vous allez vous contraindre à être dans les temps, et plus on vous en demandera. Apprenez à dire non quand vous n’en pouvez plus. Votre patron vous répète ad nauseam qu’il ne sait pas ce qu’il ferait sans vous ? Et bien, faites-lui comprendre que ce n’est pas en vous épuisant qu’il vous gardera en forme auprès de lui ! Parlez-lui de votre fatigue qui s’accumule, de votre impression d’être submergé. Il sera peut-être le premier surpris puisque vous avez toujours accédé à ses demandes. Au fond, éviter le burn-out c’est surtout passer par le dialogue. En donnant le change, vous vous enfoncez tout seul et tous vos collègues seront surpris quand vous passerez plusieurs mois en congé maladie pour cause de burn-out.

Related Posts

Tags

Share This

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *